Accueil > Articles, documentation... > Témoignage : La Validation au coeur des "Soins Chaleureux"
Articles, documentation...
Témoignage : La Validation au coeur des "Soins Chaleureux"

Témoignage :

L’article sui suit est le témoignage d’une sœur, Sœur Isabelle, et de son équipe qui ont introduit la Validation dans le cadre de l’accompagnement des sœurs désorientées dans sa congrégation. Une expérience qui intègre différents modes d’intervention pour entretenir une ambiance qu’elle qualifie de « soins chaleureux ». On y découvre la recherche permanente d’un confort optimal des personnes désorientées et de l’équipe. Un projet qui respire l’enthousiasme et le respect.
Didier Barbieux

La Validation© au cœur des « Soins Chaleureux »

Je m’appelle Soeur Isabelle, je fais partie de la congrégation des Soeurs O.L.Vr. van 7 Weeën. La maison Mère dispose d’un département de soins pour les sœurs de la congrégation. Je suis coordinatrice des ces soins, et infirmière en chef. Avec mon équipe, composée de 6 aides soignantes et d’une infirmière, nous travaillons aussi à domicile et sous contrat avec l’asbl CURANDO /CURA.

Il y a une douzaine d’année, j’ai suivi une formation en Snoezelen avec Fons Bertels (Snoezelen), et c’est de là que notre équipe a décidé de créer une approche « naturelle » dans les soins. Nous avons appelé « les soins chaleureux ». Notre but est de placer le bien-être des résidentes au centre de notre attention. Cette approche est basée sur les besoins de nos résidentes et pas uniquement sur les diagnostiques. Autrement dit : nos démarches sont orientées vers la santé, plutôt que sur le contrôle de la maladie.
Le soin que nous portons aux résidentes est axé sur l’énergie du « cœur » (amour) plutôt que sur l’énergie de l’efficacité (rendement).

Pour mettre en place ces « Soins chaleureux » nous avons sélectionné du personnel adapté et nous nous sommes équipé de matériel et de dispositifs spécifiques. Au départ, Tous les soignants ont été formés à notre approche. (e.a. snoezelen). Plus tard, nous nous sommes aussi intéressé à l’aromathérapie et aux bains de dispersion d’huile (bains snoezelen).

Très vite, nous avons observé des changements dans toute l’unité de soin, tant chez nos résidentes que chez le personnel. Cela nous a renforcé dans notre décision de poursuivre et d’approfondir cette approche naturelle dans nos soins.

Ainsi, l’étape suivante fût l’achat d’une chaise relaxante à résonnance musicale (Allton). Celle-ci permet aux résidentes de se relaxer tout en se faisant masser le visage, des mains ou des pieds par les soignants. Les réactions positives furent immédiates.

Ex : Une résidente présentant un diabète grave avec l’impossibilité de se soulever ni de se déplacer les jambes sans aide, ne ressentait plus certaines parties du corps. Lorsqu’elle fût placée sur la chaise relaxante musicale, elle s’est mise à bouger les jambes indépendamment. Elle est re-devenue consciente de son dos, et, toute joyeuse, elle exprima : « Hé, j’ai encore un dos ! »
La chaise musicale a aussi un effet bénéfique pour les accompagnants.
Ces derniers restent présents près de la résidente installée sur la chaise et à certains moments, ils procèdent à un massage du visage ou des mains, pendant une vingtaine de minutes, où tous deux se détendent.

Cette approche nous donne une compréhension plus profonde de l’état de nos résidentes et nous incite à rechercher des méthodes appropriées et ce de façon continue.

Nous nous sommes aussi équipé d’un matelas magnétique (IMRS) de Swiss Bionic, que nous avons tout d’abord testé chez 6 sœurs au couvent. En utilisant ce matelas, ces sœurs, qui ne sont pas en besoin de soins, ont remarqué des améliorations physiques et mentales et surtout un accroissement de leur énergie. Cette expérience nous a amenés à intégrer ces matelas dans notre unité de soins. Depuis l’application de la magnétothérapie, nous observons une ambiance plus calme et agréable dans l’unité. Les 14 résidentes sont moins agitées, plus présentes et ouvertes dans le contact, plus contentes.
Nous n’avons plus de problèmes de décubitus. Nous avions une résidente qui présentait une blessure sérieuse due à un plâtre. En la traitant à la magnétothérapie et l’aromathérapie, en plus du traitement médicaux, la blessure disparut très rapidement. Plusieurs fois, pendant le traitement, la résidente a dit : « cela me fait du bien, j’ai moins mal ».
Une autre résidente de 90 ans, souffrant d’une fracture de la hanche fût hospitalisée pendant quelques jours. Lorsqu’elle rentra chez nous, nous avons utilisé la magnétothérapie et l’aromathérapie. La cicatrice guérit très rapidement, la douleur disparut assez rapidement, et elle pu à nouveau se mettre debout et faire quelques pas.
Une autre résidente qui, suite à un pansement mal appliqué à l’hôpital, avait des brûlures, avec de grosses cloques sur le bras. Elle fût traitée chez nous avec de l’huile essentielle de lavande et avec la magnétothérapie locale (une barre magnétothérapique) : ici aussi, la douleur disparut en un minimum de temps et la blessure guérit très rapidement.

Malgré que l’on ne puisse pas ressentir l’effet du matelas magnétique comme l’on ressentirait la température, le picotement ou les vibrations, l’effet magnétique a une influence spécifique au niveau cellulaire. La résonance magnétique renforce tout le corps, stimule la circulation et de ce fait, le métabolisme. C’est la raison pour laquelle le processus de guérison est accéléré, et ce pour n’importe quel problème.
Pour ce qui nous concerne, nous observons et ressentons clairement la différence chez nos résidentes.

Par la suite nous avons introduit le dispositif Airnergy, qui fournit de l’oxygène activé, obtenu par un procédé naturel de photosynthèse. Nous avons remarqué des réactions positives chez une résidente en difficulté respiratoire, qui se sentit tout de suite soulagée par le traitement. Quasi chaque mois, elle faisait une pneumonie et devait prendre des antibiotiques. Suite à l’utilisation du dispositif Airnergy et de la magnétothérapie, cela s’est fort amélioré : depuis 5 mois, elle n’a plus fait de pneumonie.

Nous utilisons également de l’eau filtrée, ce qui est meilleur marché que l’eau en bouteille, et évite les déchets. Ce dispositif nous garantit la fourniture d’eau pure pour 30 ans.
Nous avons raccordé deux systèmes de purification d’eau : un au couvent et un dans l’unité de soins. Nous avons remarqué que les sœurs boivent plus d’eau, celle-ci leur semble meilleure qu’auparavant. Cette eau, nous l’utilisons aussi pour la cuisson. C’est l’appareil qui filtre l’eau, et non plus le corps. Par l’application de la magnétothérapie et de l’Airnergy, il y a plus d’oxygène dans les cellules, une meilleure circulation, un métabolisme amélioré et donc l’élimination de toxines est favorisé ; de là la nécessité de boire beaucoup d’eau purifiée.

Mis à part l’amélioration générale de la condition de nos résidentes, nous avons aussi remarqué un changement significatif en ce qui concerne la prise de médicaments. Nous utilisons beaucoup moins de calmants, d’antidouleurs, etc. (-72%)
Un autre élément est la baisse spectaculaire de l’absentéisme au niveau du personnel. Notre choix de travailler dans l’optique des « Soins Chaleureux » est visible et se ressent dans toute l’unité de soins, où le mode de travail a fort changé :
- l’esprit d’équipe est très fort.
- l’ ambiance de travail est très positive.
- l’ attitude est ouverte et motivée.

Les membres du personnel peuvent proposer des thérapies et adapter les fonctions des appareils aux besoins des résidentes. (matelas magnétique, Airnergy, Chaise musicale)
Ils ont été formés spécialement afin de connaître l’effet de chaque appareil sur la condition des résidentes. Ils sont en mesure de mieux observer leurs réactions et de les cadrer ou de les évaluer.
Par cette approche, le personnel est super motivé et cela augmente la qualité du soin.

Didier Barbieux, le Directeur de l’Institut de Formation Rhapsodie, m’a demandé comment j’étais entrée en contact avec la Validation © et ce qui m’a incité à suivre le formation de Praticien en Validation© et d’introduire cette approche dans le service.
En fait, nous avons constaté que le niveau de soins a augmenté avec l’âge de nos résidentes et que le nombre de personnes désorientées s’est accru. Nous avons observé de l’agressivité, un comportement qui nous était inconnu chez les sœurs. Nous nous sommes questionné sur l’origine de cela. Que veulent-elles dire par ce comportement, que ressentent-elles et surtout : comment pouvons-nous approfondir et gérer cela ? En un mot, nous nous sommes interrogés sur la manière d’intervenir en conformité avec notre approche de « Soins Chaleureux ».

Notre but principal est que toutes les sœurs puissent rester dans notre couvent, jusqu’à la fin. Alors il nous fallait développer des compétences pour pouvoir gérer la désorientation.

Nous avons consulté Fons Bertels, qui nous accompagne depuis plusieurs années dans notre approche de « Soins Chaleureux » et qui connaît bien notre réalité et nos résidentes car Il vient souvent proposer des activités à nos sœurs désorientées. Il nous recommandé la Validation®. Nous avons pris contact avec l’Institut de formation Rhapsodie pour connaître le contenu de la formation de Praticien en Validation®, ensuite nous en avons discuté avec le directeur général Dirk Lips de l’ASBL Curando pour examiner la possibilité d’introduire cette formation. Mon souhait était d’impliquer toute l’équipe dans cette formation pour quelle soit motivée au même niveau et puisse fonctionner dans le même esprit.
La formation a eu lieu. Ce fût un engagement important, qui a demandé beaucoup d’investissement de chacun, mais nous avons reçu beaucoup de nouvelles notions éclairantes, tant par la théorie que dans la pratique. C’est une formation qui va jusque dans l’application concrète sur le terrain. Dès le premier module de la formation, nous avons senti la différence dans le contact avec nos résidentes ; notre façon de travailler s’est approfondie.
La Validation nous a appris à gérer la désorientation de nos sœurs.
En voici plusieurs exemples :
1. Une sœur voulait partir. Elle devint agressive parce qu’elle ne pouvait pas sortir : nous l’avons rejointe, avons adopté la même posture qu’elle , le même ton, nous avons appliqué la technique du « miroir », avons reformulé ses questions et lui avons posé des questions « ouvertes », afin qu’elle puisse s’exprimer. Son attitude changea, elle se senti comprise et s’apaisa.
2. Une sœur était inquiète : nous avons appris à reconnaître son inquiétude, chercher avec elle d’où celle-ci provenait, la laisser raconter ce qui se passe en elle. En confirmant ce qu’elle disait et faisait, nous avons constaté que son inquiétude diminuait, car elle s’est sentie entendue et comprise.
3. Triste, une sœur voulait voir son père et commenca à raconter qu’elle ne pouvait jamais bien faire : nous sommes entré en conversation avec elle, par les mots, le toucher. Nous avons reconnu ses émotions, sa tristesse, et signifié qu’elle pouvait être triste.

Chez les personnes en dernière phase de désorientation, il s’agit souvent de suivre son intuition : c’est un moment où le contact humain peut être très profond, souvent d’une façon non-verbale, avec le toucher et le contact visuel. Il est alors possible de le percevoir chez la personne ; on la sent , elle est connectée, on note de l’apaisement dans son comportement, et parfois elle réagit subitement dans moment de communion.

Notre expérience avec la Validation® nous a fait prendre conscience que nous pouvons appliquer nos « Soins Chaleureux » sur mesure à chaque résidente. Après chaque module, nous avons eu des prises de conscience en équipe, développé une nouvelle façon, plus empathique encore, de prendre contact avec les résidentes et par conséquent observé un changement de comportement chez nos sœurs. Le lien s’est encore renforcé.
Nous sommes heureuses et reconnaissantes envers Fons pour nous avoir aidé à franchir le pas dans l’engagement dans la Validation®. Nous remercions les enseignantes Doris Van Averbeke et Marie-Paule Delauw, ainsi que Didier Barbieux, le responsable de Rhapsodie.
Grâce aux notions et aux principes de la Validation®, le contact avec nos résidentes désorientées s’est fortement approfondi et nous comprenons mieux leurs émotions et leur comportement. Nous pouvons aussi parler plus facilement des émotions qui font surface chez nous, le personnel soignant. L’étape suivante sera d’encore mieux gérer ses émotions. Une nouvelle formation est prévue à cet effet.

Selon moi, les « Soins Chaleureux » sont très importants. Je tente de me mettre à la place de nos résidentes, pour mieux ressentir leurs besoins. Et je me dis que si un jour j’en ai besoin j’espère que je pourrais aussi en bénéficier.

Soeur Isabelle le 6 aout 2018


| © Rhapsodie | Espace privé |Site propulsé par Mieux-Etre.org |